Edito

26ème dimanche – 16 septembre 2021

« La Loi du Seigneur est parfaite qui redonne vie ! »

Comment entendre que la Loi donne la vie ? Comment recevoir cela alors que d’autres passages de la Bible semblent nous demander d’aller au-delà de la Loi ?

Comme souvent dans la lecture d’un Psaume il faut se laisser guider pas à pas, verset par verset :

« La crainte qu’Il inspire est pure, elle est là pour toujours. »

Comment la crainte de Dieu peut-elle nous donner la vie ? La crainte ne s’oppose-t-elle pas à la liberté joyeuse des enfants de Dieu ?

Eh bien, la crainte bien comprise est le chemin de la liberté ! Certes nous savons que le libertinage repousse toute contrainte et rejette toute responsabilité. Mais la liberté reconnait la responsabilité. La liberté offre à l’homme de pouvoir regarder son frère face à face, d’accepter sa responsabilité personnelle face à son frère et sous le regard de Dieu.

Nos frères juifs disent que la Loi comprend 365 commandements négatifs, 365 interdits. Ces commandements n’ont pas pour objet de scléroser l’activité humaine. Ils ont pour objet d’offrir à chaque journée de la vie de l’homme un sujet de vigilance, d’attirer chaque jour son attention sur le sens d’un de ses actes, donc sur la valeur de cet acte. La crainte de Dieu ne brime pas l’homme, elle lui rappelle sa dignité et l’appelle à la vigilance.

Alors ne craignons pas d’accueillir la Loi du Seigneur. Elle n’est pas un règlement étroit qui nous limite et nous dispense de réfléchir. La Loi est le signe de la présence aimante de Dieu au milieu de l’humanité.

La Loi nous invite à lever les yeux au-delà du routinier, à élever notre pensée pour nous ouvrir à nos frères, à accueillir l’amour du Seigneur qui veut voir grandir en nous la vie et la liberté.

Etienne Maitre, diacre