Edito

27ème dimanche – 2 octobre 2022

Pas un Esprit de Timidité

Mais un Esprit de Force, d’Amour et de Pondération …

La seconde lettre à Timothée nous encourage à pratiquer trois vertus qui s’éclairent mutuellement. Ces vertus brillent par contraste avec la Timidité.

La Pondération – on pourrait traduire par la Réserve ou la Maîtrise de Soi – n’est pas la Timidité. La Timidité inhibe, la Pondération éclaire. Elle évite les écarts. Elle met en garde contre l’offense par maladresse, contre la précipitation. Elle fait agir à bon escient.

La Pondération ne craint pas d’agir avec Force. Elle permet à la Force de s’exercer puisqu’elle est appliquée après réflexion, en bonne conscience des conséquences de l’action.

La Pondération et la Force permettent à l’Amour de se déployer. Cet Amour n’est pas une affectivité désordonnée. Il n’est pas une masse de bons sentiments irréfléchis. Il n’est pas la recherche d’une satisfaction personnelle.

L’Amour se découvre dans l’action pour les autres. Dans une action délibérée, sereine et désintéressée. Et cet Amour, nous ne le définissons pas nous-mêmes. Nous le recevons de Dieu. Il nous est transmis par ceux qui l’ont eux-mêmes reçu.

“Ravive le don gratuit de Dieu,

ce don qui est en toi depuis que je t’ai imposé les mains.”

La seconde lettre à Timothée nous invite à mettre notre affectivité, notre sagesse et notre dynamisme au service de l’autre, au service de ce frère que Dieu aime. En entrant dans ce service de Charité … nous découvrirons l’Amour, nous entrerons dans l’Amour Trinitaire !

Etienne Maître, diacre