Edito

6ème dimanche de Pâques – 21 mai 2017

Si vous m’aimiez…

Voilà donc qu’une fois de plus Jésus semble mettre une condition à notre relation avec lui. L’amour c’est ce qu’il y a de plus vital pour tout être humain, et c’est en même temps ce qu’il y a de plus exigeant. Alors aimer Jésus… Car si l’amour de Dieu pour nous dépend de notre manière d’aimer, de l’aimer et de nous aimer, alors nous sommes perdus. Jamais nous n’y arriverons… seuls !

En réalité, il s’agit d’aimer Jésus pour rester fidèle à ses commandements. Rester fidèle aux commandements de Jésus est donc avant tout une question d’amour. Le seul commandement que Jésus laisse à ses disciples, c’est de « nous aimer les uns les autres comme lui nous aime ». Jésus nous aime le premier. Jésus nous dit à chacun : « Parce que je vous donne mon amour avant même que vous ne m’aimiez, imprégnés de mon amour, vous devenez capable à votre tour d’apprendre à vous aimer les uns les autres ».

Par son exemple et ses paraboles, Jésus nous montre comment il veut que nous aimions.

Avec le fils prodigue, il nous dit qu’aucune ingratitude ne décourage le cœur du Père ; qu’il sacrifie sa réputation en allant visiter Zachée chez lui ; qu’il accepte d’être compromis en prenant la défense d’une prostituée ; qu’il ne regarde pas le passé d’un être en invitant Lévi (Matthieu) à le suivre ; qu’il fait siennes nos souffrances et nos malheurs avec la parabole du bon samaritain.

Jésus nous accompagne et nous soutient dans notre manière d’aimer.

L’Esprit Saint qu’il promet de nous envoyer se met de notre côté et prend notre parti.

Il nous appelle à aimer mais qu’après avoir accueilli son amour premier et gratuit.

Père Christian Mahéas+